1972, Frédéric « AIR » Gutierrez naît à Clichy, proche banlieue parisienne.

1984, Air a 12 ans lorsque la télévision diffuse pour la première fois l’émission H.I.P.H.O.P. Pour Air, c’est le déclic. Le Hip-Hop, culture émergente venue des États-Unis mêle la musique, la danse et le graffiti.

NSP 1988 Air&Fake

1986, il passe à l’attaque picturale de son environnement : les rues, les bus, les trains, les voies de chemin de fer, jusqu’au métro parisien. De jour comme de nuit, tout lui semble accessible. Il est fasciné par cette découverte, par les effets de transparence d’encres, de superpositions de peinture sur les différentes surfaces. Il s’inspire des pionniers français, notamment DARCO et SCALE qui officient sur sa ligne Paris Saint-Lazare. Cela devient très vite une addiction, une recherche  permanente de nouveaux médiums. En France ce sont les prémices d’un nouveau courant artistique. C’est aussi une période très violente, faite d’affrontements entre bandes rivales, de courses poursuites avec les représentants de l’ordre. Il le vit et y participe à 200%.

1988, départ pour la «Mecque» du graffiti New York, il éprouve le besoin de comprendre ce qu’il fait. Ce voyage initiatique en provoquera d’autres. Il s’enrichira de rencontres et de partages avec ses « pères »… Londres, Munich, Amsterdam, Montréal, Bruxelles, le hip-hop et le graffiti sont partout. Sa peinture évolue au fil des rencontres et des voyages.

Air Gare de La Muette 1992
Train bleu PSL - Air 1991

1991, il intègre le groupe DUC (Da Underground Criminalz), un des «crew» les plus influents de l’Ouest parisien, aux côtés de Sino, Shuck2, Sect… Avec son acolyte de toujours, DJ Kefay, ils animent une émission de radio, « Kool et Radikal ».

Radio show FLO'Masterz - Kent DCM  & Air interview Sims & Brok 3HC

Ils y feront découvrir le graffiti et toute la culture hip-hop à toute une nouvelle génération.

Il parcourt le monde avec le graffiti où il peint aux côtés des plus grands noms de ce courant artistique.

Magazine Keep it Real

1997 il créé avec Sino, zantz, emir et Somi, le magazine « Keep it Real », dont les pages mettent en avant les acteurs du hip-hop francophone.

Logo de la marque True Colorz réalisé par Air

1998 toujours avec Sino, récemment installé à Montréal, ils deviennent les premiers importateurs Nord-américains de peintures spécialisées pour le graffiti.

Comme il se plait à le dire, le graffiti lui a sauvé la vie. Son intérêt pour le dessin l’amène à un métier, celui de Directeur Artistique et l’éloigne des histoires sordides des cités. Il est d’ailleurs le créateur de nombreux logos et de réalisations en lien avec cette culture.

2000, à Londres, à Montréal et à Paris, il participe au début des expositions de peinture ayant pour thème le graffiti. Le début d’une reconnaissance dans le milieu de l’Art.

Aujourd’hui, Il partage son temps entre son métier et la création d’oeuvres. Son travail sur toile est le reflet de 30 années de graffiti. Il fait transparaitre les idées maîtresses du graffiti, la lettre, l’énergie que celui-ci peut dégager in situ, le mouvement auquel il est toujours lié, les ambiances qui s’y associent, sa simplicité complexe. Ses oeuvres renferment 30 ans d’histoire, de pratique et une recherche perpétuelle du « vrai » graffiti.

Radio show Kool & RadiKal - Reed, DJ Kefay & Mag
EASTRIP devant un graf de AIR

DARCO :

« Air est un pur activiste du Hip Hop depuis les années 80. Il faisait partie de gars de La Défense, qui réalisaient de nouvelles pièces sur les voies ferrées qui étaient intéressantes et bien travaillées. On s’est connus à la fin des années 80. Nous avons fait diverses missions ensemble et sommes devenus amis. Nous avons peint ensemble dans la région parisienne bien sûr. Mais nous avons aussi peint en province puis lors de voyages communs, réalisés des projets en Allemagne, en Angleterre, en Belgique,  au Canada et à la Réunion. Par ailleurs, il s’est toujours engagé envers la culture en réalisant divers projets tels que de la radio, de la pub, un magazine... Il a su faire évoluer son style tout en restant authentique. Concernant son art, c’est surtout sa recherche permanente et la clarté de ses compositions qui m’ont interpelé. La passion que nous partageons nous a même amené à travailler ensemble sur divers projets artistiques. Je suis fier de pouvoir parler de son travail à l’occasion de son exposition solo. »

«Much respect»

96_stade-AVEC-DARCO

SINO :

« J’ai rencontré AIR à la fin des années 80. Je le connaissais déjà par peintures interposées. Son tag (signature) hors norme était identifiable parmi les autres sur les transports en commun qui m’amenaient à l’école. À la suite de son emménagement proche de chez moi en région parisienne, nous nous sommes rencontrés au Midnight Express (boite de nuit parisienne en vogue) et avons passé beaucoup de temps à peindre ensemble depuis 1990. Il a su se forger et garder son propre style. Aujourd’hui, son travail sur toile illustre parfaitement les notions d’énergie et de vitesse propres au graffiti dans son contexte réel. J’aime son travail de la lettre, cela peut paraitre simple, mais la simplicité n’est-elle pas ce qu’il y a de plus compliqué ? »

jetue-avec-SINO

JACE :

« Dans la plus pure tradition du graffiti le travail de Air est basé sur la calligraphie. Il s’amuse à tordre les lettres composant son « blaze », à les assembler ou les décomposer à outrance pour en dégager une écriture propre et énergique. Ses peintures transpirent les années passées à peindre avec ses compères Darco et Sino (entre autres), piliers du graffiti parisien des années 80/90. Focalisant ici sur la beauté d’une courbe, mélangeant ici avec finesse les couleurs; son apparente spontanéité (à travers le dripping assumé) laisse malgré tout transparaitre une maitrise technique où la dynamique de la lettre prend une place prépondérante. Là où le profane ne verra qu’un assemblage abstrait de couleur, l’initié lui répondra : rythme, composition et équilibre …»

air-st-pierre-2009-avec-JACE